Button CopyPathCircle CloseCircle Left ArrowArrow Down Icon GreyClosecirclecircleBurger
Propriétés et biens immobiliers à vendre à Pointe-Claire, Québec
Commandité

Pointe-Claire

Pointe-Claire est une ville de l'agglomération de Montréal, au Québec (Canada) bordant le lac Saint-Louis. La ville a une population de 30 732 habitants (en 2008). Son symbole est le moulin à  vent situé non loin de l'église Saint-Joachim de Pointe-Claire. La ville possède deux bibliothèques municipales, un centre aquatique, une aréna, un parc naturel et ses propres installations de filtration d'eau. La ville est localisée dans la région administrative de Montréal (06). Elle est entourée à  l'est par Dorval, à  l'ouest par les villes de Kirkland et Beaconsfield, et au nord par Dollard-Des Ormeaux. Au sud, Pointe-Claire est bordé par le lac Saint-Louis. Pointe-Claire fait partie de la circonscription provinciale de Jacques-Cartier, et de la circonscription fédérale de Lac-Saint-Louis. L'origine de cette ville remonte au XVIIe siècle, lorsque le défrichage des terres sur l'île de Montréal fut assez avancé pour y implanter une route longeant la rive sud de l'île et se rendant jusqu'à  l'extrémité ouest de l'île. C'est en 1705, que l'intendant Raudot ordonne la construction d'une route reliant Montréal au lieudit du Haut de Lisle de Montréal. Les terres adjacentes avait alors été concédées à  un seigneur du nom de Saint-Joachim. Mais dès 1685, une première paroisse fut fondée, St-Louis du Haut de Lisle de Montréal, et son premier desservant fut le sulpicien François Saturnin Lascaris d'Urfé, marquis de Bouge. En 1689, à  la suite du massacre de La Chine par les Iroquois, les colons abandonnent leur terres. En 1713, une seconde paroisse est fondée, St-François-de-Sales du Haut de Lisle de Montréal, par détachement de celles de Ste-Anne du Bout de Lisle de Montréal et des Sts-Anges-Gardiens de La Chine. Dès 1714, cette paroisse adopte le nom de St-Joachim (voir les registres subsistant dans le Fonds Drouin et les précieux microfilms du Fonds Faillon du Séminaire St-Sulpice aux Archives de l'Université de Montréal). Les registres antérieurs à  1715, donc ceux des origines, sont malheureusement en partie perdus, mais il est possible avec de la patience, de retracer certains actes de la paroisse originale parmi les plus anciens des Sts-Anges-Gardiens de Lachine. C'est en 1854 que Pointe-Claire devint officiellement une municipalité de village de Saint-Joachim-de-la-Pointe-Claire, qui deviendra ville sous le nom abrégé de Pointe-Claire en 1911. On peut signaler dans les mentions historiques celles de Nicolas Perrot, « à  la Pointe Claire du lac Saint-Louis », dans son Mémoire sur les mœurs, coustumes et relligion des sauvages de l'Amérique septentrionale (1684) et de Mathieu-Benoît Collet, dans des procès-verbaux de 1721, «en la coste de la Pointe-Claire».

Map Image
Streetview Image

Obtenir l'itinéraire vers ce lieu depuis