Button CopyPathCircle CloseCircle Left ArrowArrow Down Icon GreyClosecirclecircleBurger

Plus de la moitié des plus grands marchés immobiliers au Canada affichent une croissance des prix à deux chiffres alors que le prix des propriétés grimpe de 9,7 % à l’échelle nationale au quatrième trimestre

 Faits saillants régionaux pour le quatrième trimestre :

  • Le prix des maisons détachées continue de dépasser celui des copropriétés alors que les Canadiens troquent l’emplacement pour plus d’espace
  • Malgré une demande grandissante pour les banlieues, les centre-villes de Toronto et de Montréal affichent des hausses de prix dans les deux chiffres dans le segment des maisons unifamiliales
  • Le prix médian d’une maison à deux étages dans le Grand Vancouver augmente de 8,8 %, les acheteurs accordant la priorité à la superficie en pieds carrés
  • Les acheteurs de l’extérieur stimulent les prix des propriétés dans les Maritimes en raison du télétravail et de la demande pour des propriétés plus spacieuses
  • Le prix de l’agrégat d’une propriété au Canada s’est accru de 206 815 $ depuis le 4e trimestre 2015

TORONTO, le 15 janvier 2021 – D’après l’Étude sur le prix des maisons de Royal LePage publiée aujourd’hui, le prix de l’agrégat[1] des propriétés au Canada a connu une hausse de 9,7 % par rapport à la même période l’année précédente pour atteindre 708 842 $ au quatrième trimestre de 2020, les conditions très favorables aux vendeurs ayant continué à façonner le marché immobilier canadien jusqu’à la fin de l’année. L’appréciation importante du prix de l’agrégat d’une année sur l’autre est attribuable à la hausse du prix des propriétés de plus grande taille. Soixante-quatre pour cent de toutes les régions étudiées ont affiché des hausses des prix médians de plus de 10 % pour les maisons à deux étages comparativement à la même période l’an dernier.

La Synthèse nationale des prix des maisons de Royal LePage est compilée à partir de données exclusives sur les propriétés à l’échelle nationale et dans 62 des plus grands marchés immobiliers du pays. En examinant le marché par type de propriété, on constate que le prix médian d’une maison à deux étages standard a augmenté de 11,2 % d’une année sur l’autre pour grimper à 840 628 $, tandis que celui d’une maison de plain-pied a connu une hausse de 10,0 % pour s’établir à 592 899 $. Au cours de la même période, le prix médian d’une copropriété a pour sa part enregistré une hausse de 3,9 % pour atteindre 509 239 $. Les données relatives aux prix, qui comprennent à la fois celles des propriétés du marché de la revente et celles des nouvelles constructions, sont fournies par la société soeur de Royal LePage, RPS Solutions pour propriétés résidentielles, une société d’évaluation immobilière canadienne de premier plan.

« En avril 2020, nous avons publié nos prévisions pour le marché immobilier canadien en période de pandémie, la principale prédiction étant que les prix surprenamment sains des propriétés, les taux d’intérêt historiquement bas, et des années de demande refoulée créeraient une reprise abrupte des ventes et une flambée des prix dans la deuxième moitié de l’année », a dit Phil Soper, président et chef de la direction de Royal LePage. « Tandis que nous fermons les livres de l’année la plus étrange de ma longue carrière, la ‘reprise’ constitue un euphémisme. En regardant les résultats du quatrième trimestre, nous pouvons affirmer sans exagération que la crise sanitaire a stimulé un boom immobilier. »

« Les hauts niveaux de demande non résolue et les bas niveaux d’inventaire caractériseront forcément le marché printanier en 2021, ajoutant une pression additionnelle sur le prix des propriétés, particulièrement dans les segments des maisons détachées et des maisons en rangées, puisque les familles accédant à des taux de financement extrêmement bas troquent habituellement les emplacements urbains pour plus d’espace personnel », a-t-il poursuivi.

À l’échelle nationale, l’Ontario affiche la plus importante montée du prix de l’agrégat des propriétés en dollars d’une année sur l’autre au quatrième trimestre. Au cours de cette période, le prix de l’agrégat d’une propriété à Markham a augmenté de 133 932 $ pour s’établir à 1 100 436 $, la plus forte augmentation de la valeur monétaire du prix de l’agrégat au pays. Markham est suivie par Vaughan, où il a augmenté de 132 699 $ pour atteindre 1 130 483 $ ; Burlington, où il a augmenté de 115 475 $ pour atteindre 950 796 $ ; Pickering, où il a augmenté de 110 905 $ pour atteindre 856 725 $ ; et Oakville, où il a augmenté de 109 912 $ pour atteindre 1 215 405 $.

« Confinés à leurs propriétés, les Canadiens ont du mal à adapter leur logement aux besoins d’un bureau à domicile, d’une salle de classe et d’une salle d’entraînement, et aspirent à plus d’espace de vie », a dit M. Soper. « En fait, acheter une maison n’est pas comme acheter une voiture ; pour la plupart des gens, il s’agit d’un engagement à long terme. Après cette crise, certains employeurs s’adapteront aux requêtes de télétravail des employés, et certaines entreprises s’attendront à ce que leurs équipes travaillent de nouveau à partir du bureau. Plusieurs adapteront un modèle hybride. Les acheteurs de maisons devraient explorer des quartiers à travers une lentille post-pandémie, portant une grande attention aux choses qui seront importantes, lorsque nous laisserons tomber nos masques, particulièrement dans les restaurants, les lieux de divertissement et les endroits propices à la marche. »

M. Soper ajoute que la flambée des ventes qui a caractérisé la seconde moitié de l’année est un signe que les Canadiens se sentent confiants à l’idée d’acheter et de vendre des propriétés malgré la pandémie.

« Le secteur de l’immobilier a démontré que l’achat et la vente de propriétés peut s’effectuer de manière sécuritaire, puisque la grande partie de la recherche de propriétés et des tâches entourant le processus d’achat peuvent se faire en ligne », a-t-il dit. « Nos courtiers peuvent aider les familles qui recherchent une propriété à l’aide de visites virtuelles efficaces. Les visites de propriétés en privé devraient s’accomplir dans le respect des directives de la santé publique. Les clients peuvent utiliser leur téléphone et leur ordinateur pour compléter une transaction, en tirant profit des technologies avancées d’aujourd’hui. »

Bien que de nombreux Canadiens recherchent des maisons plus vastes à l’extérieur des centres urbains, la demande de propriétés dans les plus grands centres urbains du Canada demeure élevée. Le prix de l’agrégat des propriétés d’Ottawa a augmenté de 14,9 % d’une année sur l’autre pour s’établir à 568 608 $ au cours du quatrième trimestre, tandis que les grandes régions de Montréal, Toronto et Vancouver ont connu une hausse de 12,4 %, 10,4 % et 7,2 % pour atteindre 487 380 $, 936 510 $ et 1 155 346 $, respectivement.

La forte demande au quatrième trimestre a également contribué à stabiliser les prix dans les régions canadiennes dont l’économie repose sur l’énergie et l’agriculture. Au cours de la période étudiée, le prix de l’agrégat des propriétés de Saskatoon, Regina et St. John’s a augmenté de 6,3 %, 3,4 % et 0,8 % comparativement à la même période l’an dernier pour s’établir respectivement à 400 173 $, 327 517 $ et 325 833 $. Pour ce qui est d’Edmonton et de Calgary, le prix de l’agrégat est demeuré relativement stable, baissant de 0,1 % et 0,5 % respectivement pour se fixer à 372 515 $ et 467 041 $.

La demande des acheteurs locaux et de ceux ayant décidé de revenir dans les Maritimes exerce une forte pression à la hausse sur les prix dans cette région. Au cours du trimestre, Halifax a affiché la plus forte hausse du prix de l’agrégat, soit 17,1 % d’une année sur l’autre, pour atteindre 377 469 $. Charlottetown arrive en deuxième place avec une hausse de 12,7 % d’une année sur l’autre, pour s’établir à 344 823 $ au cours de la même période.

En décembre 2020, Royal LePage a publié ses prévisions pour 2021 selon lesquelles le prix de l’agrégat des propriétés à l’échelle nationale devrait augmenter de 5,5 % d’une année sur l’autre. Pour en savoir davantage sur les prévisions nationales et pour les grands centres urbains de Royal LePage, veuillez visiter rlp.ca/previsions-2021.

RÉSUMÉ DES MARCHÉS 

RÉGION DU GRAND TORONTO 

Le prix de l’agrégat des propriétés de la région du Grand Toronto a enregistré une hausse de 10,4 % par rapport à l’année précédente pour s’établir à 936 510 $ au quatrième trimestre de 2020. En étudiant le marché par type de propriété, on constate qu’au quatrième trimestre, le prix médian d’une maison à deux étages standard a augmenté de 11,9 % d’une année sur l’autre pour atteindre 1 102 155 $, tandis que celui d’une maison de plain-pied a connu une hausse de 12,8 % comparativement à la même période l’an dernier pour se chiffrer à 923 047 $. Au cours de la même période, la valeur des copropriétés de la région a poursuivi sa saine appréciation, le prix médian affichant une hausse de 3,6 % d’une année sur l’autre pour atteindre 593 811 $.

À l’exception des copropriétés, la Ville de Toronto a enregistré des hausses de prix semblables, affichant une augmentation du prix de l’agrégat de 7,4 % d’une année sur l’autre pour atteindre 960 368 $. En étudiant la situation par type de propriété, on constate que le prix médian d’une maison à deux étages standard a augmenté de 10,6 % d’une année sur l’autre pour atteindre 1 446 184 $, tandis que le prix médian d’une maison de plain-pied a grimpé de 12,3 % pour atteindre 1 001 083 $. Au cours de la même période, le prix médian d’une copropriété a augmenté de 1,4 % comparativement à la même période l’année précédente pour s’établir à 634 081 $.

« Tout au long de la seconde moitié de 2020, les acheteurs ont cherché à mettre la main sur autant d’espace que leur budget le permettait. Bien que de nombreux acheteurs aient décidé de délaisser le centre de la ville pour cibler des quartiers plus périphériques, le faible inventaire de propriétés à vendre a donné lieu à des scénarios d’offres multiples pour les inscriptions de maisons détachées », constate Debra Harris, vice-présidente des Services immobiliers Royal LePage ltée. « L’année 2020 a apporté un certain équilibre au marché des copropriétés de la région, mais dans le cas des plus grandes unités, souvent situées dans la grande région, la concurrence est toujours forte. »

Mme Harris ajoute que la demande refoulée dans la région du Grand Toronto demeure importante pour les maisons détachées et que les niveaux de l’inventaire seront un bon indicateur de l’appréciation du prix relativement au marché printanier.

« Le marché immobilier de la région du Grand Toronto pourrait absorber un afflux à court terme d’inscriptions de maisons détachées et demeurer favorable aux vendeurs. Si l’inventaire demeure bas, les prix ne peuvent qu’augmenter », explique Mme Harris.

En décembre, Royal LePage a publié une prévision selon laquelle le prix de l’agrégat des propriétés de la région du Grand Toronto devrait augmenter de 5,75 % au quatrième trimestre de 2021 comparativement au même trimestre en 2020.

Région du Grand Montréal

Dans la région du Grand Montréal, le prix de l’agrégat d’une propriété a affiché une hausse de 12,4 % d’une année sur l’autre pour atteindre 487 380 $ au quatrième trimestre 2020. En examinant par type de propriété, le prix médian d’une maison à deux étages standard a augmenté de 13,6 % d’une année sur l’autre pour atteindre 619 099 $, tandis que le prix d’une maison de plain-pied a grimpé de 15,3 % pour atteindre 391 493 $. Au cours de la même période, les copropriétés dans la région ont continué d’observer de fortes hausses de prix, mais à un rythme moins rapide que celui des unifamiliales. Le prix médian d’une copropriété a atteint 367 113 $ au quatrième trimestre, en hausse de 8,1 % comparativement au quatrième trimestre 2019.

Dans le centre de Montréal, le prix de l’agrégat d’une propriété a augmenté de 10,8 % d’une année sur l’autre pour atteindre 613 268 $ au quatrième trimestre. Par type de propriété, le prix médian d’une maison à deux étages standard a affiché une hausse de 13,3 % au cours de la même période pour atteindre 836 790 $, tandis que celui d’une maison de plain-pied a augmenté de 12,1 % d’une année sur l’autre pour atteindre 582 225 $. Le prix médian d’une copropriété a augmenté de 7,1 % d’une année sur l’autre pour atteindre 442 317 $.

« Les conditions favorables étaient réunies pour faire de 2020 une année de forte croissance pour le marché immobilier, indique Dominic St-Pierre, vice-président et directeur général, Royal LePage, pour la région du Québec. Il était toutefois difficile de prédire lors de la première vague quelles incidences la crise sanitaire aurait sur l’économie, mais surtout, sur le comportement des consommateurs. Nous aurions pu observer une correction des prix si les acheteurs avaient délaissé le marché. Mais les bas taux d’intérêt, combinés à des économies notamment accrues par le télétravail pour les ménages et à de nouvelles motivations pour l’achat de propriétés ont été déterminants, le tout, dans un marché déjà excessivement concurrentiel avant la pandémie. L’activité dans le segment des unifamiliales a stimulé des hausses de prix dans les deux chiffres dans la plupart des secteurs, particulièrement en périphérie de l’île. »

M. St-Pierre ajoute : « De manière historique, le centre de Montréal a toujours été le point le plus chaud en termes d’activité de ventes et de prix. Personne n’aurait pu prédire avant la pandémie que la cadence des marchés immobiliers de la périphérie dépasserait celle de la ville. »

Dans ses prévisions de décembre, Royal LePage prévoit que le prix de l’agrégat d’une propriété dans la région du Grand Montréal augmentera de 6,0 % au quatrième trimestre 2021, comparativement à la même période en 2020.

Grand Vancouver

Au quatrième trimestre de 2020, l’agrégat du prix des propriétés dans le Grand Vancouver a augmenté de 7,2 % d’une année sur l’autre pour se chiffrer à 1 155 346 $. En étudiant le marché par type de propriété, on constate qu’au quatrième trimestre, le prix médian d’une maison à deux étages standard dans le Grand Vancouver a augmenté de 8,8 % d’une année sur l’autre pour atteindre 1 507 279 $, tandis que celui d’une maison de plain-pied a connu une hausse de 6,8 % comparativement à la même période l’an dernier pour se chiffrer à 1 265 285 $. Au cours de la même période, le prix médian d’une copropriété a affiché une hausse de 3,3 % d’une année sur l’autre pour s’établir à 662 120 $.

Dans le centre-ville, le prix de l’agrégat des propriétés a augmenté de 5,7 % d’une année sur l’autre pour s’établir à 1 306 820 $. En étudiant la situation par type de propriété, on constate que le prix médian d’une maison à deux étages standard a augmenté de 7,3 % d’une année sur l’autre pour atteindre 2 113 504 $, tandis que le prix d’une maison de plain-pied a grimpé de 4,1 % pour atteindre 1 424 474 $. Au cours de la même période, le prix médian d’une copropriété a augmenté de 3,9 % comparativement à la même période l’année précédente pour s’établir à 784 351 $.

« Les offres multiples étaient courantes au cours du quatrième trimestre et presque toutes les maisons détachées attiraient des offres concurrentielles. La confiance des acheteurs est forte et les faibles taux d’intérêt actuels rendent l’achat encore plus attrayant », constate Randy Ryalls, directeur général de l’agence Royal LePage Sterling Realty. « Les acheteurs craignent d’être exclus du marché et avec le faible inventaire de propriétés à vendre dans la région, les prix devraient augmenter au printemps. »

M. Ryalls ajoute que bien que les nouvelles inscriptions aient été moins nombreuses au quatrième trimestre, conformément aux tendances saisonnières, le nombre d’acheteurs continue de croître.

En décembre, Royal LePage a publié une prévision selon laquelle le prix de l’agrégat des propriétés du Grand Vancouver devrait augmenter de 9,0 % au quatrième trimestre de 2021 comparativement au même trimestre en 2020.

Ottawa

Le prix de l’agrégat des propriétés d’Ottawa a connu une hausse de 14,9 % par rapport à la même période l’année précédente pour atteindre 568 608 $ au quatrième trimestre de 2020. Au cours de la même période, le prix médian d’une maison à deux étages a augmenté de 14,8 % pour se chiffrer à 595 991 $, tandis que celui d’une maison de plain-pied a fait un bond de 15,9 % pour atteindre 588 320 $ et que celui d’une copropriété a connu une hausse de 13,8 % pour se fixer à 385 525 $.

« La vigueur de ce marché de vendeurs devrait perdurer tout au long de 2021 tandis que la demande continue à surpasser l’offre à Ottawa », explique Jason Ralph, associé directeur à l’agence Royal LePage TEAM Realty. « La ville est plus abordable que Vancouver ou Toronto, en plus d’être attrayante tant pour les premiers acheteurs que pour les jeunes professionnels de partout au pays, en particulier ceux qui ont une famille. »

M. Ralph suggère que les prix devraient continuer à grimper de manière stable alors que les acheteurs potentiels n’ayant pas réussi à mettre la main sur une propriété en 2020 tenteront à nouveau leur chance sur le marché printanier.

En décembre, Royal LePage a publié une prévision selon laquelle le prix de l’agrégat des propriétés à Ottawa devrait augmenter de 11,5 % au quatrième trimestre de 2021 comparativement au même trimestre en 2020.

Calgary

Le prix de l’agrégat des propriétés d’Edmonton a baissé légèrement de 0,5 % par rapport à la même période l’année précédente pour atteindre 467 041 $ au quatrième trimestre de 2020. Au cours de la même période, le prix médian d’une maison à deux étages a diminué de 0,5 % pour se chiffrer à 512 107 $, tandis que celui d’une maison de plain-pied a connu une hausse de 0,5 % pour atteindre 493 164 $ et que celui d’un appartement en copropriété a affiché une baisse de 3,7 % pour se fixer à 248 840 $.

« Calgary demeure un endroit attrayant pour acheter une propriété, en partie en raison des prix abordables par rapport aux autres grandes villes de l’Ouest canadien », remarque Corinne Lyall, dirigeante-propriétaire de l’agence immobilière Royal LePage Benchmark. « Comme l’inventaire est à son plus bas en près de deux décennies, en particulier dans le segment des maisons unifamiliales détachées, je m’attends à un marché printanier dynamique en 2021. »

Mme Lyall ajoute que tous les signes indiquent une stabilité continue dans la région, alors que l’augmentation de l’immigration prévue pour la prochaine année créera vraisemblablement de nouvelles occasions d’affaires pour les investisseurs et que le télétravail demeurera une option viable pour bon nombre de gens, les encourageant à déménager dans la région.

En décembre, Royal LePage a publié une prévision selon laquelle le prix de l’agrégat des propriétés à Calgary devrait augmenter de 0,75 % au quatrième trimestre de 2021 comparativement au même trimestre en 2020.

Edmonton

Le prix de l’agrégat des propriétés d’Edmonton a diminué légèrement, affichant une baisse de 0,1 % par rapport à la même période l’année précédente pour atteindre 372 515 $ au quatrième trimestre de 2020. Au cours de la même période, le prix médian d’une maison à deux étages est demeuré stable à 427 530 $, tandis que celui d’une maison de plain-pied a connu une modeste hausse de 0,4 % pour atteindre 360 996 $ et que celui d’un appartement en copropriété a affiché une baisse de 1,3 % pour se fixer à 217 141 $.

« Le marché du logement d’Edmonton est demeuré relativement stable tout au long de la pandémie, les acheteurs hésitant à inscrire leur propriété en raison de préoccupations liées à la sécurité. Toutefois, la résilience du prix des propriétés de la ville durant la pandémie est rassurante, autant pour les acheteurs que pour les vendeurs », note Tom Shearer, dirigeant-propriétaire de l’agence Royal LePage Noralta Real Estate. « Je m’attends à observer un marché printanier dynamique, alors que le niveau de confiance des consommateurs augmente à mesure de la progression de la campagne de vaccination. »

Le professionnel de l’immobilier ajoute que la demande pour des maisons détachées, alimentée par la demande provenant des jeunes familles, demeure forte et que la faiblesse de l’inventaire dans ce segment du marché devrait exercer une pression à la hausse sur les prix au cours de la nouvelle année.

En décembre, Royal LePage a publié une prévision selon laquelle le prix de l’agrégat des propriétés d’Edmonton devrait augmenter de 1,5 % au quatrième trimestre de 2021 comparativement au même trimestre en 2020.

Halifax

Le prix de l’agrégat des propriétés de Halifax a connu une hausse de 17,1 % par rapport à la même période l’année précédente pour atteindre 377 469 $ au quatrième trimestre de 2020. Au cours de la même période, le prix médian d’une maison à deux étages a augmenté de 17,5 % pour se chiffrer à 399 282 $, tandis que celui d’une maison de plain-pied a connu une hausse de 19,4 % pour atteindre 335 744 $ et que celui d’un appartement en copropriété a fait un bond de 4,0 % pour se fixer à 301 615 $.

« Les niveaux d’inventaire sont historiquement bas ces derniers mois, exerçant une pression continue à la hausse sur les prix », observe Matt Honsberger, dirigeant-propriétaire de l’agence Royal LePage Atlantic. « Les acheteurs locaux sont à la recherche de plus d’espace et maintenant, plus que d’habitude, ils sont en concurrence avec les acheteurs de l’extérieur de la province, dont beaucoup reviennent s’installer dans les Maritimes. L’option du télétravail a modifié le paysage du marché immobilier. »

M. Honsberger ajoute que de nombreux nouveaux projets de construction ont été reportés en raison de l’incertitude entourant la pandémie, contribuant davantage à la pénurie de l’offre.

En décembre, Royal LePage a publié une prévision selon laquelle le prix de l’agrégat des propriétés à Halifax devrait augmenter de 7,5 % au quatrième trimestre de 2021 comparativement au même trimestre en 2020. 

Winnipeg

Le prix de l’agrégat des propriétés de Winnipeg a connu une hausse de 7,1 % par rapport à la même période l’année précédente pour atteindre 330 273 $ au quatrième trimestre de 2020. Au cours de la même période, le prix médian d’une maison à deux étages a grimpé de 11,4 % pour s’établir à 372 915 $, tandis que celui d’une maison de plain-pied a connu une hausse de 3,7 % pour atteindre 307 841 $ et que celui d’un appartement en copropriété est demeuré relativement stable, augmentant de 0,2 % pour se fixer à 231 500 $.

« L’option du télétravail à long terme étant maintenant une réalité pour de nombreux Canadiens et Canadiennes, les propriétés plus spacieuses continuent d’être très recherchées », explique Michael Froese, dirigeant-propriétaire de l’agence Royal LePage Prime Real Estate. « Les prix resteront élevés tant que la pénurie d’inventaire se poursuivra à Winnipeg et dans les collectivités environnantes. »

M. Froese ajoute que les ventes se concluent à un rythme exceptionnellement rapide. Au quatrième trimestre de 2020, le nombre médian de jours passés sur le marché par une maison détachée était de 10, comparativement à 27 pour la même période en 2019.

En décembre, Royal LePage a publié une prévision selon laquelle le prix de l’agrégat des propriétés à Winnipeg devrait augmenter de 4,75 % au quatrième trimestre de 2021 comparativement au même trimestre en 2020.

Regina

Le prix de l’agrégat des propriétés de Regina a connu une hausse de 3,4 % par rapport à la même période l’année précédente pour atteindre 327 517 $ au quatrième trimestre de 2020. Au cours de la même période, le prix médian d’une maison à deux étages a augmenté de 4,2 % pour se chiffrer à 402 903 $, tandis que celui d’une maison de plain-pied a connu une hausse de 2,1 % pour atteindre 295 421 $ et que celui d’un appartement en copropriété a fait un bond de 8,2 % pour se fixer à 222 210 $.

« La tendance à la hausse des prix que nous avons observée tout au long de la dernière année à Regina se prolongera probablement jusqu’au printemps, car le besoin de plus d’espace continue de stimuler la demande », avance Mike Duggleby, dirigeant-propriétaire de l’agence Royal LePage Regina Realty. « Comme bon nombre d’autres villes au Canada, nous devons composer avec une pénurie d’inventaire. Les prix continueront de grimper tant que l’offre ne suivra pas la demande. »

M. Duggleby ajoute que le retour des étudiants étrangers dans la région exercera une pression à la hausse sur les prix, particulièrement dans le segment des copropriétés.

En décembre, Royal LePage a publié une prévision selon laquelle le prix de l’agrégat des propriétés à Regina devrait augmenter de 2,75 % au quatrième trimestre de 2021 comparativement au même trimestre en 2020.

Données de prix de Royal LePage :

Tableau des prix des maisons au quatrième trimestre de Royal LePage : https://rlp.ca/T4-2020-prix-des-maisons

Cliquez ici pour obtenir les analyses d’autres régions du Québec ou du Canada.

Actifs médias de Royal LePage

La salle des médias de Royal LePage contient de nombreuses images libres de droits, de même que des vidéos de bobine B, à titre gracieux.

 

À propos de l’Étude sur le prix des maisons de Royal LePage

L’Étude sur le prix des maisons de Royal LePage présente des renseignements sur les trois types d’habitation les plus courants, à l’échelle nationale et dans les 62 plus grands marchés immobiliers au pays. Les valeurs des maisons présentées dans l’Étude sur le prix des maisons de Royal LePage sont fondées sur la Synthèse du marché immobilier canadien de Royal LePage, un document produit chaque trimestre à l’aide des données de l’entreprise, en plus des données analytiques de sa société sœur, RPS Solutions pour propriétés résidentielles, la source de confiance pour les renseignements et les analyses sur le secteur immobilier résidentiel au Canada. Les commentaires sur l’immobilier et les prévisions quant aux valeurs sont fournis par des spécialistes en immobilier résidentiel de Royal LePage à partir de leurs opinions et de leur connaissance du marché.

À propos de Royal LePage

Au service des Canadiens depuis 1913, Royal LePage est le premier fournisseur au pays de services aux agences immobilières, grâce à son réseau de plus de 18 000 professionnels de l’immobilier répartis dans 600 bureaux partout au Canada. Royal LePage est la seule entreprise immobilière au Canada à posséder son propre organisme de bienfaisance, la Fondation Un toit pour tous de Royal LePage, qui vient en aide aux centres d’hébergement pour femmes et enfants ainsi qu’aux programmes éducatifs visant à mettre fin à la violence familiale. Royal LePage est une société affiliée de Bridgemarq Real Estate Services inc., entreprise inscrite à la Bourse de Toronto sous le symbole « TSX:BRE ». Pour en savoir davantage, veuillez consulter www.royallepage.ca.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Benoit Girard
Capital-Image
bgirard@capital-image.com
514-739-1188, poste 226


[1] Le prix de l’agrégat des propriétés avancé par Royal LePage est fondé sur un modèle pondéré composé de prix médians et comprend tous les types d’habitation.