Button CopyPathCircle CloseCircle Left ArrowArrow Down Icon GreyClosecirclecircleBurger

Le renforcement de la reprise économique et les faibles taux d’intérêt laissent prévoir un marché immobilier plus fort que prévu en 2011

La hausse possible des taux hypothécaires pourrait accroître le niveau d’activité des acheteurs en début d’année, selon les prévisions de Royal LePage

TORONTO, le 6 janvier 2011 – Par rapport à l’année dernière, le prix moyen d’une propriété au Canada a grimpé d’entre 3,9 et 4,6 pour cent au quatrième trimestre de 2010, les marchés s’animant après un troisième trimestre terne et reprenant leur croissance après la récession. Selon l’Étude sur le prix des maisons et les prévisions du marché des Services immobiliers Royal LePage diffusée aujourd’hui, la hausse constante et modérée de la valeur des propriétés devrait se poursuivre dans de nombreux marchés immobiliers clés en 2011 et l’activité de vente devrait être principalement enregistrée au premier semestre de l’année.

Les coûts d’emprunt faibles ont stimulé le marché immobilier en 2010 et l’on peut s’attendre à ce que cette tendance se poursuive au cours du premier trimestre de 2011. La croyance très répandue auprès des consommateurs concernant la hausse des taux d’intérêt dans la deuxième moitié de 2011 pourrait faire croître l’activité de vente au début de l’année.

« Les tendances du marché immobilier demeurent influencées par l’effet de la récession, qui n’est pas encore complètement disparu, » explique Phil Soper, président et chef de la direction, Services immobiliers Royal LePage. « Les Canadiens se rendent compte que les taux d’intérêt bas ne dureront pas et qu’il en coûtera davantage d’être propriétaire lorsque les taux d’intérêt seront retournés à la normale. Nous assisterons probablement à une appréciation des prix plus importante au début de 2011, car certains acheteurs complèteront leur transaction avant l’arrivée des coûts d’emprunt plus élevés. »

De continuer M. Soper : « En 2011, l’activité devrait être similaire à ce que nous avons connu en 2010, alors que près de 60 pour cent du volume de vente a été enregistré au premier semestre en raison des hausses d’intérêt prévues qui n’ont jamais eu lieu. Par contre, l’activité sur le marché immobilier dans la première moitié de 2011 sera modestement plus près de la norme puisque l’année dernière, le phénomène avait été exacerbé par le resserrement de l’accessibilité aux prêts hypothécaires en milieu d’année ainsi que par l’introduction de la TVH en Ontario et en Colombie-Britannique. »

Au plan régional, on s’attend à ce que l’appréciation de prix la plus marquée survienne dans les villes où l’accessibilité est meilleure que la moyenne nationale. Par exemple, il existe un grand nombre de maisons à deux étages offertes sous les 300 000 $ à Winnipeg, à St. John’s et à Fredericton.

Les villes de l’Alberta devraient figurer parmi les marchés les plus performants au Canada en 2011. Les malheurs s’abattent sur le marché immobilier historiquement volatile de cette région depuis environ cinq ans, suite à ce que l’Alberta ait subit une importante diminution des prix après plusieurs années d’augmentation des prix à deux chiffres. L’économie de la province, qui repose sur le secteur de l’énergie, a effectué un retour en force en 2010 et se remet de la chute des prix du pétrole et du gaz attribuable à la récession. Les grands employeurs ont l’intention d’embaucher de plus en plus de personnes au cours de 2011, ce qui devrait attirer de nouveaux résidents dans la province et exercer de la pression sur le nombre limité d’habitations. Royal LePage prévoit que le prix moyen d’une propriété à Calgary augmentera de 5,4 pour cent au cours de 2011, tandis qu’à Edmonton, le prix des habitations connaîtra une hausse de 3,3 pour cent. Durant la même période, le nombre de transactions immobilières devrait grimper de 6,7 pour cent à Calgary et de 9,1 pour cent à Edmonton.

À l’échelle du Canada, on prévoit que le prix moyen d’une propriété s’élèvera de 3 pour cent au cours de la prochaine année pour atteindre 348 600 $ et que le nombre de transactions diminuera de 2 pour cent.

Au quatrième trimestre de 2010, le prix moyen des propriétés s’est soit accru, soit stabilisé par rapport à l’année dernière; Winnipeg, Ottawa, Montréal et St. John’s ont enregistré les augmentations les plus marquées. Le prix moyen d’une maison individuelle de plain-pied s’est hissé à 324 531 $ (hausse de 4,6 pour cent), celui d’une maison à deux étages standard, à 360 329 $ (hausse de 4,4 pour cent), et celui d’un appartement en copropriété standard, à 226 746 $ (hausse de 3,9 pour cent), comparativement au quatrième trimestre de 2009.

« À l’instar de nombreux Canadiens, nous pensions que la période des taux d’intérêt anormalement bas se terminerait avant la fin de 2010. La faiblesse de l’économie mondiale, particulièrement aux États-Unis, a permis aux stratèges et aux institutions financières de maintenir les coûts d’emprunt bas, ce qui s’est traduit par un quatrième trimestre plus performant que prévu », affirme M. Soper.

RÉSUMÉS DES MARCHÉS RÉGIONAUX

Le marché immobilier résidentiel de St. John’s, à Terre-Neuve, a connu de fortes hausses de prix par rapport à l’an dernier, et ce, dans les trois secteurs de propriétés recensés chaque trimestre cette année. Toutefois, le marché montre des signes d’accalmie, car le nombre de propriétés à vendre commence à augmenter.

À Montréal, au cours du quatrième trimestre, les maisons individuelles de plain-pied et les maisons à deux étages ont connu une hausse de 8,7 pour cent par rapport à l’an dernier, alors qu’il y a eu une augmentation de 11,3 pour cent pour les appartements en copropriété standard. Le marché de Montréal devrait connaître une augmentation des prix plus modeste de 3 pour cent en 2011 en raison d’un marché plus équilibré.

Ce trimestre, le marché immobilier d’Ottawa a enregistré une hausse des prix située entre 6,3 et 10 pour cent par rapport à l’an dernier, et ce, pour tous les types d’habitation recensés. Toutefois, en raison de l’augmentation du nombre de propriétés à vendre, Ottawa devrait connaître une augmentation des prix d’environ 4 pour cent en 2011..

Les prix des maisons ayant fait l’objet d’une étude à Toronto se sont appréciés modérément par rapport à l’an dernier. Les maisons à deux étages standard ont connu la plus importante augmentation avec une hausse de 5,6 pour cent. L’activité du marché a ralenti pendant la seconde moitié de l’année, car les acheteurs potentiels se sont précipités sur le marché au cours de la première moitié de l’année pour devancer les hausses de taux d’intérêt et l’introduction de la TVH. Pour 2011, la hausse des prix devrait être très modeste, soit d’approximativement 1 pour cent.

Ce trimestre, les maisons individuelles de plain-pied, les maisons à deux étages standard et les appartements en copropriété standard de Winnipeg ont enregistré de fortes hausses de prix par rapport à l’an dernier. Les maisons individuelles de plain-pied ont connu la plus importante augmentation avec une hausse de 10,3 pour cent comparativement au quatrième trimestre de 2009. Même si le marché montre des signes d’accalmie, les vendeurs reçoivent toujours plusieurs offres et se voient souvent offrir un montant plus élevé que le prix demandé. Winnipeg devrait maintenir son momentum au cours de l’année 2011 avec des prix qui augmenteront de l’ordre de 7 pour cent.

Les maisons unifamiliales ont connu les meilleurs résultats à Regina, où les maisons à deux étages standard ont enregistré une hausse de 9,1 pour cent, tandis que le prix des maisons de plain-pied a augmenté de 8,4 pour cent. Pour ce qui est des appartements en copropriété standard, ils ont connu une hausse de 2,4 pour cent. À Regina, les prix devraient connaître une hausse moyenne de 5 pour cent en 2011.

CalgaryetEdmonton devraient toutes deux connaître une hausse du prix des maisons en 2011 grâce au secteur de l’énergie en remontée. En 2010, Calgary a enregistré une baisse modérée des prix par rapport à l’an dernier dans tous les types de propriétés recensés. À Edmonton, il y a eu une diminution plus modeste des prix pour les maisons à deux étages, et les appartements en copropriété ont subi une baisse de 5,7 pour cent. Les maisons individuelles de plain-pied sont les seuls types d’habitation recensés à avoir connu une augmentation de prix avec une hausse de 1,2 pour cent.

À Vancouver, les maisons unifamiliales ont dominé en matière de hausse de prix des maisons, et les maisons à deux étages ont enregistré en 2010 une hausse de 9,8 pour cent par rapport à l’an passé. Les appartements en copropriété dans l’est ont enregistré d’excellents résultats et le marché des appartements en copropriété standard de Vancouver a connu une hausse moyenne de 7 pour cent. Les prix augmenteront d’environ 3,7 pour cent en 2011.

L’Étude sur le prix des maisons trimestrielle de Royal LePage révèle les changements de prix annuels pour les catégories d’habitations clés dans des marchés nationaux sélectionnés. Cliquez ici pour télécharger la table .

À propos de L’Étude sur le prix des maisons au Canada de Royal LePage

L’Étude sur le prix des maisons au Canada de Royal LePage est l’analyse immobilière la plus vaste et la plus exhaustive de ce genre au pays. Elle fournit de l’information sur sept types d’habitations répartis dans plus de 250 villes et quartiers d’un océan à l’autre. Le présent communiqué renvoie quant à lui à une version abrégée de l’Étude mettant en lumière l’évolution des prix des trois types d’habitations les plus courants dans 80 communautés à l’échelle du pays. Il est possible de consulter une base de données complète contenant les données recueillies au cours des sondages en visitant le site Web de Royal LePage à l’adresse www.royallepage.ca, et les données actuelles seront mises à jour dès la fin du quatrième trimestre 2010. Une version imprimable du rapport du quatrième trimestre de 2010 sera disponible en ligne le 4 février 2011.

Les valeurs des propriétés indiquées dans l’Étude sur les prix des maisons de Royal LePage correspondent à l’évaluation de Royal LePage de la valeur marchande des propriétés de chaque endroit en fonction des données locales et des renseignements sur le marché fournis par les experts du secteur immobilier résidentiel de Royal LePage. Pour certaines régions, il est possible d’accéder à des données historiques datant du début des années 1970.

Tendances du secteur domiciliaire canadien : Prévisions du marché de Royal LePage, 4ième trimestre 2010

Étude sur le prix des maisons Royal LePage du 4ième trimestre 2010 : tableau

À propos de Royal LePage

Au service des Canadiens depuis 1913, Royal LePage est le premier fournisseur au pays de services aux maisons de courtage immobilier, grâce à son réseau de plus de 14 000 professionnels de l’immobilier répartis dans 600 bureaux partout au Canada. Royal LePage est la seule entreprise immobilière au Canada à posséder son propre organisme de bienfaisance, la Fondation Un toit pour tous de Royal LePage, qui vient en aide aux centres d’hébergement pour femmes et enfants ainsi qu’aux programmes éducatifs visant à mettre fin à la violence familiale. Royal LePage est une société affiliée de Brookfield Real Estate Services Inc., entreprise inscrite à la Bourse de Toronto sous le symbole « TSX:BRE ».

Pour en savoir davantage, veuillez visiter le site www.royallepage.ca.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Tammy Gilmer

Directrice, relations publiques et communications nationales

Services immobiliers Royal LePage

416.510.5783

tgilmer@royallepage.ca

Laetitia Rampazzo

High Road Communications

Téléphone : 514.908.0110 poste 305

Laetitia.rampazzo@highroad.com