Button CopyPathCircle CloseCircle Left ArrowArrow Down Icon GreyClosecirclecircleBurger

La nouvelle année annonce un marché de vendeurs dans les plus grandes villes canadiennes

Les conditions sont réunies pour un marché aussi robuste que la reprise à la suite de la récession

TORONTO, le 9 janvier 2014 – Selon l’Étude sur le prix des maisons et l’Étude sur les prévisions du marché de Royal LePage diffusées aujourd’hui, le prix moyen d’une propriété au Canada a augmenté de 1,2 pour cent à 3,8 pour cent au cours du quatrième trimestre.

L’étude indique des augmentations du prix moyen pendant le quatrième trimestre de 2013 et par rapport à l’an dernier de  3,6 pour cent pour passer à 418 282 $ pour les maisons standards à deux étages et de 3,8 pour cent pour atteindre 380 710 $ pour les maisons individuelles de plain-pied, tandis que le prix moyen d’un appartement en copropriété standard a augmenté de 1,2 pour cent pour atteindre 246 530 $.  Il est prévu que les prix maintiendront un bon rythme en 2014, alors que Royal LePage prévoit une hausse de 3,7 pour cent à l’échelle nationale pour 2013 et un passage à un marché de vendeurs durant la première partie de l’année.

« Il y a quelques mois à peine, le marché immobilier canadien émergeait d’un cycle correctionnel d’une durée d’une année se traduisant par des volumes de ventes considérablement réduits. La fin 2013 avait été marquée par une transition vers une hausse des volumes de ventes et une croissance des prix plus élevée que la moyenne, selon Phil Soper, président et chef de la direction de Royal LePage. En l’absence d’un événement dramatique ou d’une augmentation importante des coûts de financement hypothécaire, nous prévoyons que cette lancée positive sera représentative de l’année 2014. En fait, nous nous attendons à un marché décidément favorable aux vendeurs au cours de la première moitié de l’année, après quoi il y aura une transition vers un marché plus équilibré. »

« Nous prévoyons une pression à la hausse continue sur les prix des propriétés alors que nous avançons progressivement vers l’important marché du printemps. En plus de la demande normale, le prix des habitations au Canada cette année sera influencé par les acheteurs qui ont décidé de remettre à plus tard leur décision d’acheter une propriété durant la saison plutôt lente connue au printemps 2013, a affirmé monsieur Soper. Les prévisions concernant un « atterrissage en douceur » du marché immobilier canadien au cours de la nouvelle année sont erronées.  Nous n’envisageons pas d’atterrissage, de ralentissement ni de correction à court terme. Les conditions sont réunies pour un marché aussi robuste que celui que nous avons connu lors de la reprise à la suite de la récession de la dernière décennie. »

Au cours de cette année, l’économie canadienne devrait reprendre de la vigueur, soutenue entre autres par des investissements commerciaux plus importants, de meilleures perspectives relatives à l’emploi et aux salaires, et une augmentation des exportations stimulée par le redressement de l’économie américaine ainsi qu’une valeur moins élevée du dollar canadien.

« Nous croyons que des interventions énergiques de la part du gouvernement, telles que des restrictions supplémentaires en ce qui concerne l’accès au financement des prêts hypothécaires assurés pour l’acheteur d’une première maison ou des augmentations importantes des taux d’intérêts n’auront probablement pas lieu en 2014, a déclaré monsieur Soper. Notre prévision suppose une amélioration continue de l’économie, tant au Canada qu’à l’étranger. »

Alors que la plupart des indicateurs annoncent un redressement du marché immobilier, cet optimisme prudent est assombri par les craintes d’instabilité du marché immobilier canadien liées au nombre élevé de projets de construction d’appartements en copropriété dans les grandes villes canadiennes.  Étant donné l’importance croissante de cette discussion, Royal LePage a publié, en décembre 2013, un rapport dans lequel la viabilité des marchés des appartements en copropriété à Montréal, Toronto et Vancouver est analysée.

Le rapport conclut que, bien que la production actuelle d’appartements en copropriété dans ces trois villes soit plus grande que la demande estimée des consommateurs à court terme, la forte activité du marché des appartements en copropriété a été générée par d’importantes conditions fondamentales, dont les taux d’intérêt peu élevés, les taux de création d’emplois intéressants dans les zones centrales de ces villes, l’évolution des préférences des consommateurs et des conditions qui font de l’achat d’un appartement en copropriété une bonne occasion d’investissement. Selon le rapport, cette importante activité « ne constitue pas une preuve suffisante d’une bulle immobilière », mais est plutôt le résultat de forces économiques positives et de changements des tendances de la demande en faveur des appartements en copropriété.

 

Résumés des marchés régionaux 

Malgré l’augmentation du nombre de maisons à vendre en fin d’année, le marché immobilier d’Halifax a enregistré des gains importants en 2013. Ce sont les prix des maisons standards à deux étages qui ont connu la plus forte augmentation, avec une hausse moyenne de 4,8 pour cent pour atteindre 329 633 $. Quant aux appartements en copropriété et aux maisons individuelles de plain-pied, ils se sont appréciés respectivement de 2,9 pour cent et de 2,4 pour cent. On s’attend à ce que le prix moyen des propriétés à Halifax grimpe de 1,1 pour cent en 2014.

Les prix des maisons à St. John’s ont encore augmenté au quatrième trimestre, et les trois types de propriétés immobilières ont enregistré une croissance 9 pour cent ou plus par rapport à l’an dernier. Une augmentation du nombre de maisons à vendre dans ce marché laisse présager une augmentation de prix modérée pour 2014.

Le prix des maisons standards à deux étages à Montréal a connu une hausse marquée, soit de 5,8 pour cent, pour atteindre 401 714 $. La situation pour les autres catégories de propriété a été plus équilibrée. Les maisons individuelles de plain-pied ont augmenté de 2,9 pour cent, alors que les appartements en copropriété standards ont enregistré un modeste repli de 0,4 pour cent.  On prévoit que le prix moyen des maisons à Montréal va augmenter de 1,4 pour cent en 2014, en partie à cause d’une baisse attendue des ventes unitaires.

À Ottawa, le prix des maisons individuelles a légèrement augmenté comparativement à l’année dernière. Le prix moyen des maisons standards à deux étages a augmenté de 2,2 pour cent, pour s’établir à 397 667 $, tandis que celui des maisons individuelles de plain-pied a grimpé de 2,4 pour cent pour se fixer à 395 167 $.  Le prix des appartements en copropriété a légèrement diminué à cause d’une hausse soudaine du nombre de maisons à vendre. Le prix moyen des maisons dans cette région devrait enregistrer une croissance modeste de 1,6 pour cent en 2014.

Une pénurie de maisons individuelles à Toronto a donné lieu à des augmentations stables du prix moyen de ce type de propriété. Le prix moyen des maisons standards à deux étages a augmenté de 2,7 pour cent, pour s’établir à 686 250 $, et celui des maisons individuelles de plain-pied a grimpé de 3,9 pour cent, pour se fixer à 580 151 $. Pendant la même période, les prix des appartements en copropriété standards ont connu une légère hausse de 1,0 pour cent, pour s’établir à 360 272 $. On s’attend à ce que le prix moyen des propriétés à Toronto grimpe de 3,9 pour cent en 2014, alors que les ventes unitaires devraient augmenter de 0,9 pour cent.

Le marché immobilier de Winnipeg a produit des résultats mixtes au quatrième trimestre. Les prix des appartements en copropriété ont enregistré une hausse importante de 7,2 pour cent par rapport à l’an dernier en raison d’une plus forte demande pour ce genre de propriété. Le prix des maisons standards à deux étages a connu une croissance plus modeste de 2,0 pour cent, tandis que le prix des maisons individuelles de plain-pied a légèrement fléchi de 0,1 pour cent. Selon les prévisions, en 2014, le prix moyen d’une maison à Winnipeg devrait augmenter de 2,0 pour cent par rapport à l’an dernier.

Une augmentation du nombre de maisons à vendre et la prudence des acheteurs à Reginaont provoqué une modeste baisse du prix des maisons individuelles dans la région. Le prix des maisons standards à deux étages a chuté de 3,2 pour cent comparativement à l’année dernière, passant ainsi à 370 250 $, tandis que le prix des maisons de plain-pied a baissé de 0,5 pour cent pour s’établir à 331 500 $. Pendant ce temps, le prix des appartements en copropriété standards a connu une légère hausse de 0,6 pour cent. Le marché immobilier résidentiel de la ville devrait rebondir en 2014, avec une hausse prévue de 2,5 pour cent des prix moyens.

En raison du maintien de la pénurie de maisons à vendre, le marché immobilier de Calgary a enregistré une forte hausse des prix par rapport à l’an dernier, et ce, pour tous les types d’habitations. Le prix moyen des maisons individuelles de plain-pied a progressé de 6,4 pour cent comparativement à l’année dernière, passant ainsi à 468 967 $. Par contre, le prix des appartements en copropriété a augmenté de 7,0 pour cent, pour s’établir à 269 778 $. Comme la rareté des maisons à vendre devrait se maintenir au cours de l’année qui vient, on prévoit que le prix moyen des maisons devrait augmenter de 5,1 pour cent.

Dans le marché équilibré d’Edmonton, le prix des maisons individuelles de plain-pied a grimpé de 3,7 pour cent au cours des douze derniers mois, atteignant 344 626 $, tandis que le prix des maisons standards à deux étages a connu une hausse modeste de 1,9 pour cent, pour s’établir à 363 075 $. Durant cette même période, les appartements en copropriété standards ont enregistré une augmentation du prix de 2,2 pour cent, qui passe ainsi à 207 270 $. Pour 2014, on prévoit que le prix moyen des habitations devrait augmenter de 3,0 pour cent.

La confiance est de retour dans le marché de Vancouver, et le prix de tous les types d’habitations a enregistré une croissance modérée. Le prix moyen des maisons individuelles de plain-pied a progressé de 4,0 pour cent comparativement à l’année dernière, passant ainsi à 1 041 300 $, et celui des maisons standards à deux étages a augmenté de 3,3 pour cent, pour s’établir à 1 139 050 $. Le prix des appartements en copropriété s’est apprécié de 2,3 pour cent et se situe maintenant à  492 500 $. Le dynamisme du marché immobilier devrait se maintenir en 2014, avec une augmentation prévue des prix de 4,4 pour cent pour l’année.

L’Étude trimestrielle sur le prix des maisons de Royal LePage montre les changements de prix annuels pour les principales catégories d’habitations dans certains marchés nationaux.

Cliquez ici pour télécharger la table

Étude sur les prévisions du marché Royal LePage 2014

Étude sur le prix des maisons Royal LePage du 4ième trimestre 2013 : tableau

 

À propos de l’Étude sur le prix des maisons de Royal LePage

L’Étude sur le prix des maisons de Royal LePage est l’analyse immobilière la plus vaste et la plus exhaustive de ce genre au Canada. Elle fournit de l’information sur sept types d’habitations répartis dans plus de 250 villes et quartiers d’un océan à l’autre. Le présent communiqué renvoie quant à lui à une version abrégée de l’Étude mettant en lumière l’évolution des prix des trois types d’habitations les plus courants dans 90 communautés à l’échelle du pays. Il est possible de consulter une base de données complète contenant les données recueillies au cours des sondages en visitant le site Web de Royal LePage, à l’adresse www.royallepage.ca.  Les données actuelles seront mises à jour dès la fin du quatrième trimestre de 2013. Une version imprimable du rapport du quatrième trimestre de 2013 sera disponible en ligne le 6 février 2014. Les valeurs des propriétés indiquées dans l’Étude sur les prix des maisons de Royal LePage correspondent à l’évaluation de Royal LePage de la valeur marchande des propriétés de chaque endroit en fonction des données locales et des renseignements sur le marché fournis par les experts du secteur immobilier résidentiel de Royal LePage.

 

À propos de Royal LePage

Au service des Canadiens depuis 1913, Royal LePage est le premier fournisseur au pays de services aux agences immobilières, grâce à son réseau de plus de 15 000 professionnels de l’immobilier répartis dans 600 bureaux partout au Canada. Royal LePage est la seule entreprise immobilière au Canada à posséder son propre organisme de bienfaisance, la Fondation Un toit pour tous de Royal LePage, qui vient en aide aux centres d’hébergement pour femmes et enfants ainsi qu’aux programmes éducatifs visant à mettre fin à la violence familiale. Royal LePage est une société affiliée de Brookfield Real Estate Services Inc., entreprise inscrite à la Bourse de Toronto sous le symbole « TSX:BRE ».

Pour en savoir davantage, veuillez consulter le site www.royallepage.ca.

 

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec : 

Gwen McGuire
Kaiser Lachance Communications
647 725-2520, poste 204
gwen.mcguire@kaiserlachance.com

Tammy Gilmer
Directrice, Communications mondiales et Relations publiques
Services immobiliers Royal LePage
416 510-5783
tgilmer@royallepage.ca

Bookmark and Share