Button CopyPathCircle CloseCircle Left ArrowArrow Down Icon GreyClosecirclecircleBurger

Le PDG de Royal LePage invite à la prudence quant aux promesses électorales visant à stimuler la demande immobilière qui manquent de plans concrets pour résoudre la pénurie d’inventaire

  • La reprise du marché immobilier se consolide avec une prévision à la hausse de
    1,5 % des prix des maisons en vue du quatrième trimestre 2019, comparativement à la même période en 2018.
  • L’écart de prix entre les copropriétés et les maisons se réduit alors que le prix médian d’un appartement en copropriété dans la ville de Toronto dépasse la marque des 600 000 $.
  • Montréal Est affiche le taux d’appréciation des prix le plus important parmi les plus grands centres urbains au pays, augmentant de 8,5 %.
  • Des prix plus bas dans le Grand Vancouver attirent une nouvelle vague d’acheteurs, résultant d’un pic dans les volumes de ventes.

TORONTO, le 10 octobre 2019– Selon l’Étude sur le prix des maisons de Royal LePage[1] publiée aujourd’hui, le prix de l’agrégat d’une propriété au Canada a poursuivi ses gains modestes au cours du troisième trimestre de 2019 par rapport à l’année précédente, alors que le marché immobilier continue sa reprise après un ralentissement marqué en 2018 et au début de 2019, conséquemment de l’entrée en vigueur par le gouvernement fédéral de la simulation de crise hypothécaire.

« Il est encourageant de voir nos leaders politiques dévouer temps et réflexion aux enjeux de logement durant cette élection fédérale, a dit Phil Soper, président et chef de la direction de Royal LePage. Avec la croissance la plus rapide de la population parmi les économies avancées à travers le monde, assurer un toit adéquat pour la formation des ménages qui s’accroît rapidement présente une opportunité économique et un défi social. »

« La gestion responsable de l’industrie immobilière et du secteur financier qui s’y rattache est cruciale pour la santé de l’économie canadienne et la richesse personnelle des familles. Les promesses électorales visant à rendre l’accès à la propriété plus abordable pour les premiers acheteurs, quoique bien intentionnées, tomberont à plat si elles déclenchent un pic de la demande sans accroître proportionnellement l’offre de propriétés. Par exemple, réduire les paiements hypothécaires mensuels en étirant le remboursement sur une plus longue période apparaît comme une excellente idée en surface, pourtant, une montée en flèche des nouveaux acheteurs pourrait en retour faire grimper les prix, annulant le pouvoir d’achat amélioré. »

LaSynthèse nationale des prix des maisons de Royal LePage, qui s’appuie sur les données concernant l’indice de prix des propriétés dans 63 des plus grands marchés immobiliers au pays, a révélé que le prix d’une maison au Canada a augmenté de 1,4 % d’une année sur l’autre pour atteindre 630 335 $ au troisième trimestre de 2019. En examinant le marché par type de propriété, on constate que le prix médian d’une maison à deux étages a augmenté de 1,3 % d’une année à l’autre, s’élevant à 738 346 $, tandis que le prix médian d’une maison de plain-pied est demeuré stable à 521 250 $. Les appartements en copropriété demeurent le type de propriété affichant la plus forte croissance, le prix médian augmentant de 3,4 % d’une année sur l’autre pour atteindre 457 911 $. Les données analysées contiennent des transactions sur le marché de la revente ainsi que des nouvelles constructions et ont été fournies par RPS Solutions pour propriétés résidentielles, société soeur de Royal LePage.

« Les faibles taux d’intérêt et un portrait exceptionnel du marché de l’emploi continuent de stimuler la confiance des consommateurs et de soutenir la reprise de notre marché immobilier, soutient M. Soper. Les dommages collatéraux de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine ont été maîtrisables jusqu’ici. À moins d’une véritable récession américaine, nous entrevoyons que le marché immobilier canadien poursuivra son expansion. »

Pour le quatrième trimestre, Royal LePage prévoit que le prix de l’agrégat d’une maison au Canada augmentera de 1,5 % d’une année sur l’autre pour atteindre 632 226 $, une hausse de 0,3 % comparativement au troisième trimestre de 2019. Les prévisions pour le quatrième trimestre de 2019 supposent des conditions économiques stables et aucun changement aux politiques du logement.

En observant les tendances sur les marchés immobiliers régionaux au cours du troisième trimestre, nous constatons que les appartements en copropriété de Toronto, autrefois abordables pour la plupart des familles et des professionnels célibataires, ont maintenant dépassé la marque des 600 000 $, pour atteindre un prix de 618 391 $. Tandis que l’écart entre le prix d’une copropriété et d’une maison se réduit dans la région, la demande pour les maisons détachées continue de croître. Le prix des maisons détachées dans le centre de la ville a augmenté de 5,5 %, indiquant que la demande chez les acheteurs a largement absorbé les effets de la simulation de crise hypothécaire sur l’accès à la propriété. Pour le quatrième trimestre, Royal LePage prévoit que le prix de l’agrégat des propriétés de la région du Grand Torontosera relativement stable par rapport au trimestre dernier pour atteindre 859 301 $, une hausse de 3,1 % comparativement au quatrième trimestre de 2018.

Bien que nous ayons prédit que le rythme de l’appréciation des prix dans la région du Grand Montréalralentirait au cours de la deuxième moitié de 2019, le prix de l’agrégat des propriétés dans la région demeure solide au troisième trimestre, augmentant de 5,9 % par rapport à la même période l’année dernière, soit bien au-dessus de la moyenne nationale. Le prix des maisons de plain-pied de Montréal Ouest affiche la plus forte appréciation de tous les types de propriétés à l’étude au pays, augmentant de 12,2 % par rapport au troisième trimestre de 2018 pour se chiffrer à 447 663 $, tandis que l’agrégat du prix pour Montréal Est a connu une hausse de 8,5 % pour atteindre 439 499 $, représentant la plus forte augmentation du prix de l’agrégat parmi les plus grands centres urbains au pays. La montée significative des prix à Montréal Est a commencé à être observée au quatrième trimestre de 2018, alors que la demande au centre de la ville et la faiblesse de l’offre ont repoussé les acheteurs vers les extrémités de la ville. La demande globale dans la région du Grand Montréal découle du fait que les acheteurs observent les prix grimper tandis qu’ils recherchent des propriétés abordables. Un autre facteur est la forte confiance des consommateurs, la robustesse du marché de l’emploi et les fondements de l’économie qui demeurent positifs. Au quatrième trimestre, le prix de l’agrégat des propriétés dans la région du Grand Montréal devrait  augmenter de 1,6 % d’un trimestre à l’autre pour atteindre 425 431 $, une hausse de 6,0 % par rapport au quatrième trimestre de 2018.

Les prix du marché immobilier du Grand Vancouver continuent d’afficher un déclin d’une année sur l’autre, ce qui a suscité considérablement d’intérêt chez les acheteurs et donné de l’élan aux ventes. Au troisième trimestre, le prix de l’agrégat des propriétés dans la région a connu une baisse de 5,2 % comparativement à la même période l’an dernier pour se chiffrer à 1 194 900 $. Toutefois, les tendances trimestrielles indiquent un ralentissement de la chute des prix, qui devrait se poursuivre tandis que les acheteurs voient les prix actuels comme une occasion de devenir propriétaires dans l’une des plus belles et prospères villes du Canada. Au troisième trimestre, le prix de l’agrégat des propriétés du Grand Vancouver a diminué de 0,8 % comparativement à la même période l’année dernière, tandis que les deux trimestres précédents affichaient des baisses de 1,5 % (T2 2019/T1 2019) et de 1,6 % (T1 2019/T4 2018). Pour le quatrième trimestre, le prix de l’agrégat d’une maison dans la région devrait baisser de 0,4 % par rapport au trimestre précédent pour atteindre 1 190 120 $, représentant une chute de 5,5 % comparativement au même trimestre en 2018.

L’appréciation des prix des maisons à Ottawa s’est poursuivie à un rythme sain au troisième trimestre : le prix de l’agrégat des propriétés a connu une hausse de 3,7 % par rapport à la même période en 2018 pour atteindre 481 948 $, une conséquence de la demande soutenue du secteur technologique, toujours en croissance. Quoique le prix médian des maisons à deux étages et de plain-pied affiche des gains de 2,9 % et de 8,7 % respectivement, le prix des copropriétés a connu une baisse de 0,9 %. Ce déclin du prix médian des appartements en copropriété reflète un manque d’inventaire pour les inscriptions au prix supérieur du seuil d’accès. Autant l’inventaire que les ventes devraient augmenter après l’élection fédérale. Au quatrième trimestre, le prix de l’agrégat des propriétés d’Ottawa devrait augmenter de 1,1 % par rapport au trimestre précédent, une hausse de 3,7 % comparativement au quatrième trimestre de 2018.

Les marchés immobiliers qui dépendent de l’industrie des produits de base, comme Calgary, Edmonton, Regina, Saskatoon et St. John’s, affichent tous un déclin des prix ce trimestre par rapport au troisième trimestre de 2018. Alors que le prix de l’agrégat des propriétés de Calgary diminuait de 4,3 % d’une année sur l’autre pour atteindre 464 542 $ au troisième trimestre, il affichait une augmentation de 1,1 % par rapport au trimestre précédent, encouragée par l’appréciation des prix des propriétés dans le segment des maisons à deux étages et des maisons de plain-pied. Au quatrième trimestre, le prix de l’agrégat à Calgary devrait demeurer stable à 465 007 $, une baisse de 2,4 % par rapport au même trimestre en 2018.

Du côté du Canada atlantique, le faible inventaire et la forte demande à Halifaxcontinuent d’exercer une pression à la hausse sur le prix des propriétés. Au troisième trimestre, le prix de l’agrégat des propriétés dans la région a connu une hausse de 1,6 % d’une année sur l’autre pour se chiffrer à 328 690 $. Pour le quatrième trimestre, le prix de l’agrégat des propriétés de Halifax devrait, selon nos estimations, augmenter de 3,7 % par rapport à la même période en 2018 pour atteindre 318 598 $.

Pour consulter d’autres analyses régionales, visitez la salle des médias, où vous trouverez des communiqués propres aux villes. La salle des médias offre aussi des ressources libres de droits, comme des photos sans marque et des vidéos génériques, à titre gracieux aux médias.

 

Synthèse nationale des prix des maisons du troisième trimestre 2019  (.PDF)

Prévisions de Royal LePage pour le 4e trimestre 2019 (.PDF)

 

À propos de l’Étude sur le prix des maisons de Royal LePage

L’Étude sur le prix des maisons de Royal LePage présente des renseignements sur les trois types d’habitation les plus courants au Canada, dans 63 des plus grands marchés immobiliers au pays. La valeur des maisons présentée dans l’Étude sur le prix des maisons de Royal LePage est fondée sur la Synthèse du marché immobilier canadien de Royal LePage, un document produit chaque trimestre à l’aide des données de l’entreprise, en plus des données analytiques de sa société sœur, RPS Solutions pour propriétés résidentielles, la source de confiance pour les renseignements et les analyses sur le secteur immobilier résidentiel au Canada. Les commentaires sur l’immobilier et les prévisions quant aux valeurs sont fournis par des spécialistes en immobilier résidentiel de Royal LePage à partir de leurs opinions et de leur connaissance du marché.

À propos de Royal LePage 

Au service des Canadiens depuis 1913, Royal LePage est le premier fournisseur au pays de services aux agences immobilières, grâce à son réseau de plus de 18 000 professionnels de l’immobilier répartis dans plus de 600 bureaux partout au Canada. Royal LePage est la seule entreprise immobilière au Canada à posséder son propre organisme de bienfaisance, la Fondation Un toit pour tous de Royal LePage, qui vient en aide aux centres d’hébergement pour femmes et enfants et appuie les programmes éducatifs visant à mettre fin à la violence familiale. Royal LePage est une société affiliée de Bridgemarq Real Estate Services inc., entreprise inscrite à la Bourse de Toronto sous le symbole « TSX : BRE ». Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez : www.royallepage.ca.

 

Pour en savoir plus : 

Chloé Lebouc, Kaiser Lachance Communications
514 662-3547
chloe.lebouc@kaiserlachance.com

 

[1]L’agrégat des prix est calculé à partir de la moyenne pondérée de la valeur médiane de tous les types de propriétés étudiés. Les données sont fournies par RPS Solutions pour propriétés résidentielles